Sélectionner une page

Les accidents de la route sont des événements éprouvants qui peuvent vous faire perdre vos moyens, lorsqu’ils se produisent. Pourtant, il est important de rester la tête bien nette, afin de procéder au constat qui doit être effectué, sur place. Voici les différentes étapes qui vous permettront, entre autres, d’être indemnisé sans problème, par votre assureur.

Les premiers gestes

Lors d’un accident, selon la loi, certaines obligations doivent être remplies. Évidemment, si vous devez aller à l’hôpital, pour des blessures ou que vous êtes inconscients, il ne vous sera pas possible de répondre à ces demandes. Mais sinon, il vous faudra procéder à la rédaction du constat amiable avec l’autre partie, et ce, peu importe la valeur des dommages sur le véhicule. Sans la rédaction du constat, sur place, et en compagnie de la ou les personnes au volant des autres véhicules impliqués, votre demande de compensation à votre assureur pourrait se voir rejetée.

Il est possible que les pièces endommagées ne soient pas visibles, au niveau du moteur, tel que le turbo. Dans un tel cas, c’est le mécanicien qui devra confirmer que le bris vient de l’accident. Pour indiquer la valeur de la pièce de remplacement du turbocompresseur, rendez-vous sur Alsapieces.fr. Assurez-vous aussi que le véhicule a été inspecté de fond en comble, avant d’envoyer la demande à votre assureur.

Comment faire parvenir l’information à son assureur ?

Il doit toujours y avoir une copie du constat amiable dans la voiture. L’original vous est remis par votre assureur, lors de votre souscription. Celui-ci est valable dans tous les pays de l’Union européenne. Les informations communes de l’accident sont remplies sur le lieu même, sur le recto.

Au bas de celui-ci, devront se trouver votre signature et celui du conducteur de l’autre véhicule. Sur le verso, se trouve une déclaration que vous devrez remplir seul, une fois de retour à la maison, sur la copie que vous avez conservée. Ensuite, vous devrez le faire parvenir pas courrier recommandé, dans les quinze jours ouvrés, suivant l’accident. N’hésitez pas à relire le mode d’emploi, avant de procéder.

Comment faire si l’autre conducteur refuse de remplir le constat ?

Si, par malchance, la personne qui conduit le véhicule ne s’arrête pas, lors de l’accident, ou qu’il refuse de remplir avec vous, ou de signer, le constat, alors vous devez tenter de relever le numéro d’immatriculation de sa voiture. Dans la partie qui doit être remplie communément (recto), il vous faut indiquer son refus de collaborer. L’assurance veillera à aviser les autorités pour confirmer vos dires, et trouver le coupable de cet abandon d’une scène d’accident.

Autres situations diverses

Tous les accidents de voiture ne se ressemblent pas, et certains sont particuliers. En règle générale, vous devriez être en mesure d’être indemnisé par votre assureur en toutes circonstances. Dans le cas où la personne qui conduit l’autre véhicule n’est pas assuré, la situation devient plus compliquée. Vous devez faire appel à la FGAO, qui pourra vous indemniser, mais seulement pour des blessures corporelles. Cependant, il vous sera possible de procéder à une poursuite criminelle, car il est illégal de conduire un véhicule sans assurance. Si l’accident ne se produit pas entre deux voitures, mais plutôt avec un animal non apprivoisé, là encore, il vous faudra communiquer avec la FGAO pour l’indemnisation.

Quelles réponses possibles de l’assureur ?

Si la responsabilité n’est pas contestée, vous recevrez une offre d’indemnité, en moins de 90 jours. Si la responsabilité est rejetée, l’assureur doit tout de même vous donner une réponse, dans les mêmes délais. Il ne faut surtout pas tarder à agir, dans de telles circonstances. Une demande en retard, ne serait-ce que d’une journée, pourrait vous coûter des centaines, voire des milliers d’euros.